Logo MRC d'ArthabaskaLogo MRC d'Arthabaska

Photo citation

extranet

Nouvelles > Chesterville dévoile son oeuvre identitaire Être ici, c’est...

Nouvelle

Chesterville dévoile son oeuvre identitaire Être ici, c’est...

07 novembre 2017

C’est au terme d’un processus de création entamé en juin 2016 que l’artiste Laurent Luneau a dévoilé une toute nouvelle œuvre identitaire créée dans le cadre du projet Être ici, c’est…. Cet ouvrage installé au parc Marcel-Fecteau de Chesterville a demandé la collaboration des citoyennes et citoyens du milieu.

"C’est fascinant de constater tous ces gens qui participent à façonner cette œuvre d’art commune.

Le terme Être ici, c’est… prend réellement tout son sens, alors que petits et grands y ont mis leur couleur. Victoriaville et sa région tient à accorder un intérêt considérable au milieu culturel sur son territoire et ainsi intervenir dans l’amélioration de la qualité de vie de l’ensemble des personnes qui y résident, que ce soit en participant au développement de l’offre culturel, en offrant un soutien aux municipalités, organismes et intervenants qui souhaitent développer un projet culturel, etc. C’est donc un bel honneur de découvrir en même temps que les Chestervilloises et Chestervillois cette magnifique création", souligne le préfet de la MRC d’Arthabaska, monsieur Lionel Fréchette.

La démarche artistique de monsieur Laurent Luneau porte d’abord et avant tout sur les rapports de l’Homme avec la nature et le temps. Cette œuvre Être ici, c’est… de Chesterville est, d’un point de vue formel, une installation sculpturale qui se veut un jardin, comme la géographie de la municipalité.

"Conçue à partir de réflexions d’un groupe de citoyennes et citoyens d’ici, cette œuvre offre aux spectateurs diverses possibilités d’interprétation. Pour ma part, elle évoque une communauté tissée serrée, accueillante et tournée vers l’art. Il est aussi possible d’y percevoir à travers cette sculpture toute la beauté du paysage qui se déploie par le biais des rivières et des montagnes, ainsi que la force des éléments de la nature. Elle fait simultanément un clin d’œil à la douceur de vivre au sein de Chesterville, un environnement sain et sécurisant", précise l’artiste Laurent Luneau.

Les images composant la création sont des dessins de résidentes et résidents remis lors d’ateliers soulignant leur perception de la municipalité.

À noter que l’œuvre sera rangée durant la prochaine saison hivernale pour des raisons techniques. En effet, des ancrages seront installés au printemps prochain afin que la production y soit disposée de façon permanente.

"Je tiens sincèrement à remercier tous ceux et celles qui ont participé à la finalité de ce projet culturel qui représente notre splendide cadre de vie. Un merci tout spécial à monsieur Luneau qui l’a piloté d’une main de maître, ainsi qu’à madame Reine Bouthat, chargée de projet, qui a permis de placer tous les morceaux du casse-tête. Je ne voudrais passer sous silence la participation et la mobilisation de la population autour de cette création, car, après tout, elle lui était destinée. Bravo à tous", signale la mairesse de Chesterville, madame Maryse Beauchesne.

Ce projet a été rendu possible grâce à l’Entente de développement culturel avec le gouvernement du Québec. Être ici, c’est… en est aujourd’hui à cinq œuvres qui se trouvent à Saint-Norbert-d’Arthabaska, Sainte-Clotilde-de-Horton, Notre-Dame-de-Ham, Victoriaville et évidemment à Chesterville.

 

Laurent Luneau, un artiste engagé

Ce créateur multidisciplinaire résidant à Chesterville a présenté son travail un peu partout à travers la province ainsi qu’au Mexique et en France. D’abord strictement picturale, sa démarche a évolué sur la base d’une préoccupation constante pour finalement s’orienter vers l’installation. La préoccupation de monsieur Luneau est toutefois toujours demeurée la même, soit de construire des lieux imaginaires qui mettent en relation la fragile et mystérieuse intimité de l’être avec le monde extérieur. En fait, il n’hésite pas à sortir de son atelier et à aller au-devant des gens et à s’imprégner de la nature afin de créer. Il utilise le paysage à la fois comme espace d’atelier, comme support et comme medium pour approfondir son propre mode d’action, et ce, en le mettant en relation avec celui de la nature.

Retour aux nouvelles Haut de page

Tous droits réservés © 2013 MRC d'Arthabaska | Réalisation